ALBUM

HISTOIRE

A PROPOS

SCENE

PHRASE

VOTE

© Rosinski - Van Hamme / Le Lombard 1997

La cage
23ème album

Première parution : novembre 1997


La mer, calme et lumineuse sous les tours de Brek Zarith, ne suffit pas à apaiser Thorgal.
Son passé revenu lui brûle l'esprit depuis des jours : l'abandon des siens, les années perdues, sa femme, son fils, cette petite fille qu'il ne connaît pas...

La mer l'appelle et, dès demain, il répondra à cet appel.

Suite de "Géants".

Une belle histoire, douce et forte à la fois, pour l'un des albums les plus intimes et émouvants de la série.

L'album est basé sur une réflexion pleine de bon sens : Thorgal et sa famille sont séparés depuis 5 albums (depuis "La gardienne des clés") et depuis presque autant d'années. Pendant ces quelques années, la famille Aegirsson a vécu drame sur drame ; la souffrance, la peur et la mort ont rythmé leur quotidien.

Les retrouvailles ne peuvent donc pas être banales, elles ne sont pas anecdotiques, elles méritent bien un album !

Cet album est le second de la série à se dérouler en grande partie dans l'île déserte occupée par les Aegirsson, après "Alinoë"... 14 albums auparavant ! Ce n'est pas le seul retour aux sources de "La cage", d'ailleurs, puisqu'on retrouve brièvement le petit royaume de Brek Zarith, quitté peu après la naissance de Jolan dans "La chute de Brek Zarith".
On peut quand même s'étonner du choix de Thorgal, de se rendre directement dans l'île après avoir quitté Brek Zarith, alors qu'il avait laissé les siens loin dans le nord. Le choix du coeur ?
Ce retour dans l'île a son importance car elle est le symbole de la tranquillité qu'ont toujours recherchée Thorgal et Aaricia. C'est là, en partie, qu'ils ont construit leur couple et élevé leur fils, loin des hommes. D'ailleurs, violée par les hommes de Sardaz l'écorché (et trop bien connue par Kriss de Valnor...), l'île sera quittée, définitivement cette fois, par la petite famille à la fin de l'album.

La force d'un couple est de résister aux orages. Ici, on peut même parler de tempête !
La candeur de Thorgal, à son arrivée dans l'île, est presque amusante... Il s'imagine être reçu à bras ouverts ? Après avoir quitté sa famille pour des motifs peu clairs, après avoir pactisé avec la diablesse-Kriss de Valnor, après avoir réduit en esclavage sa propre famille, après avoir attaqué des villages, massacré, pillé...
La force d'un couple est sûrement, aussi, de pouvoir pardonner...

L'album est construit sur un enchaînement de scènes permettant de vivre en parallèle les aventures de Thorgal, d'une part, d'Aaricia d'autre part. Le procédé avait déjà très bien fonctionné dans la saga du Pays Qâ. Du coup, "La cage" est un album très lisible, linéaire mais très efficace. On peut le décomposer ainsi :
p.3 à 8 : Thorgal à Brek Zarith
p.9 et 10 : Aaricia en mer
p.11 à 14 : Thorgal en mer
p.15 à 20 : Aaricia chez Sardaz
p.21 à 23 : Thorgal dans l'île
p.24 et 25 : Aaricia dans l'île
p.26 à 31 : Thorgal dans la cage
p.32 à 45 : Sardaz dans l'île
p.45 à 48 : Thorgal et Aaricia, ensemble, enfin
Séquence après séquence, les deux époux se rapprochent peu à peu l'un de l'autre, géographiquement d'abord, émotionnellement ensuite. Le premier trait d'union (raté !) est la mer ; le deuxième, insuffisant, est l'île ; le troisième trait d'union est le danger... cette fois c'est le bon ! Il faut dire qu'en cette fin d'album, Thorgal fait ce qu'il sait le mieux faire : protéger sa famille.

L'amour est au coeur du mal, a dit le scénariste Jean Dufaux dans "La Complainte des Landes Perdues", autre série de Grzegorz Rosinski.
C'est bien d'amour dont il est question ici. Avec Thorgal et Aaricia bien sûr, dont l'amour, né dans l'enfance et approuvé par les dieux, est à l'origine de la quasi-totalité de leurs aventures, pour le meilleur et pour le moins bon comme dit l'autre. Mais pas seulement...

Dans cet album, on a aussi l'amour innocent, celui de l'enfance, celui ressenti par Louve pour ce père qu'elle ne connaît pas mais qui lui inspire des sentiments profonds, nourris par sa longue absence et par les récits de ses exploits.
On a également l'amour naissant, Jolan et Lehla montrant les signes d'une affection grandissante (avec la bénédiction d'Aaricia, très nette page 9 !).
On a enfin l'amour contrarié, celui de la princesse Syrane pour le beau viking ténébreux qui vient de ramener son frère Galathorn à Brek Zarith. La pauvre subit un double râteau... mais pouvait-elle lutter contre les liens qui unissent Thorgal et sa femme ?

S'il ne fallait retenir qu'une page de cet album, ce serait certainement la page 29, transition entre les sombres retrouvailles de Thorgal et Aaricia, et l'attaque des pirates. Une journée, une semaine ? On ne sait pas combien de temps Thorgal a passé dans sa cage. Cette belle page, reproduite ici, ne contient aucune parole, mais les non-dits sont plus forts que les mots !

Très symbolique aussi, la double page 8 et 9, où chaque dessin, chaque parole, chaque regard et chaque posture trouvent leur symétrique dans la page voisine, alors que Thorgal et Aaricia quittent en bateau, chacun de leur côté, leur havre et leurs amis, pour finalement se croiser sans se voir à la page suivante.

Dernier symbole, la scène de combat sous la pluie. On pense évidemment à la terrible explication finale de l'album "Louve", quand Thorgal règle leur compte aux hommes de Wor-le-magnifique. Encore une fois, il paraît surhumain !
La scène de "La cage", très semblable, est primordiale car elle permet à Thorgal de retrouver sa place au sein de sa famille, la place qu'il avait... à la fin de l'album "Louve", juste avant le début de ce cycle d'albums, juste avant qu'il ne décide de quitter les siens. La boucle est bouclée, on a l'impression de remonter dans le temps, de tout effacer pour reprendre à zéro.
Shaïgan-sans-merci meurt à cet instant car, comme Aaricia le dit si bien, Thorgal est de retour !

Il y a quand même une différence de taille entre les scènes des deux albums : dans "Louve", Thorgal se battait seul.
Ici, il est assisté efficacement par Aaricia, Lehla et Louve. Preuve qu'en son absence, sa famille s'est renforcée, endurcie, et a appris à survivre sans lui.

Cet album clôt donc le cycle de Shaïgan-sans-merci, commencé en 1992 avec "L'épée-soleil". Ce long cycle donna envie aux auteurs (et à l'éditeur) de changer l'orientation de la série pour les albums suivants, en partie pour conquérir un nouveau public, plus jeune. Thorgal repart donc à l'aventure, pour quelques histoires en un seul tome. Il quitte sa cage !


Le premier string de l'histoire ?

« Tu vois, l'homme :
Tu n'as pas intérêt à te faire passer pour Thorgal,
car je ne sais pas si je pourrais lui pardonner un jour
les larmes de souffrance et de haine que je versais chaque nuit. »

Aaricia


L'avis des visiteurs

Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function mysql_connect() in /homepages/42/d203640608/htdocs/thorgal_cycles_votes.php:7 Stack trace: #0 /homepages/42/d203640608/htdocs/thorgal_cycles_23.php(89): include() #1 {main} thrown in /homepages/42/d203640608/htdocs/thorgal_cycles_votes.php on line 7