Au début des années 70, Grzegorz Rosinski, un jeune dessinateur polonais, voyage à l'ouest et découvre la Belgique. Il aimerait percer dans le milieu de la bande dessinée franco-belge, lui qui a pratiquement lancé ce genre dans son pays quelques années auparavant ! Il noue quelques amitiés et publie des travaux sous le pseudonyme de Rosek.

Jean Van Hamme, pour sa part, fait de nombreuses rencontres pendant cette période (Cuvelier, Géri, Dany, Chéret...) et écrit ses premiers scénarios, ses premiers romans. Il a ses entrées au Lombard.

 
Rosinski en 1982Van Hamme en 1977

En septembre 1976, les deux hommes se rencontrent, par l'intermédiaire de Carlos Blanchart, un éditeur belge de cartes de voeux. Rosinski avait rencontré Blanchart pendant un voyage d'affaires de ce dernier en Pologne, Van Hamme l'avait rencontré quand il travaillait chez Philips.
Rosinski est inconnu, ne parle pas français, mais Van Hamme cherche un dessinateur... Les contacts sont bons, les deux hommes s'entendent bien et Rosinski accepte de réaliser deux planches d'une des premières séries de Van Hamme, Michael Logan, pour prouver sa valeur. Ses planches sont prêtes dès le lendemain... Van Hamme choisit de travailler avec lui !


Un extrait de Michael Logan par Rosinski

Ils décident de créer ensemble un personnage et un univers pour le journal hebdomadaire Tintin, édité par Le Lombard, avec plusieurs impératifs. Celui, tout d'abord, de ne pas proposer un thème déjà présent dans le journal. Celui aussi de ne pas déplaire à la stricte censure appliquée à la frontière de la Pologne. Celui enfin de plaire à Rosinski, qui n'a aucune envie de travailler sur un récit contemporain, notamment parce qu'il lui est difficile de recueillir la documentation nécessaire.

Tintin 12 - 22/03/77

Van Hamme choisit alors un héros scandinave, à la culture plus proche de celle de Rosinski. Il le place au Moyen Age et saupoudre ses aventures de science-fiction, de romantisme et de mythologie... Thorgal est né !

Le premier volet de ses aventures est avant tout un test. Appelée "La magicienne trahie", cette première histoire ne compte que 30 planches, publiées en 5 fois dans Tintin, de mars à octobre 1977.
La toute première apparition de Thorgal a lieu dans l'édition belge de Tintin, dans le numéro 11 du 15 mars 1977. On y annonce l'arrivée prochaine d'un nouveau héros... Dans le numéro suivant, le 22 mars, les six premières planches de "La Magicienne trahie" sont publiées, sous le titre "Le fils des orages". En France, c'est dans le numéro 106 de Tintin, le 20 septembre 1977, que ces mêmes planches sont publiées.

Le succès grandissant de la série auprès des lecteurs du journal incite Le Lombard à transformer l'essai... Les 16 planches de "Presque le paradis...", prépubliées en 1979, vont compléter les 30 planches de "La magicienne trahie" pour le premier d'une longue série d'albums.
La parution début 1980 de "La Magicienne trahie" est accompagnée de celle du deuxième album, "L'île des mers gelées". Cette suite de la première aventure de Thorgal, avait été prépubliée dans Tintin entre avril et octobre 1978.

(Cliquez ici pour voir la couverture de l'édition originale de "La Magicienne trahie")

Par la suite, les parutions se poursuivent, annuelles ou bisannuelles. Le 10ème album de Thorgal, "Le pays Qâ", paraît en avril 1986. Le 20ème album, "La marque des bannis", paraît en janvier 1995. Le 30ème album, "Moi, Jolan", paraît fin 2007...

Les albums de Thorgal ont la particularité, assez rare en fait, d'avoir globalement le même aspect aujourd'hui qu'en 1980, année de parution du premier album.

On retrouve ainsi, tout au long de la série, les fameux ornements à têtes de loups en or et en bois, les frises noires où s'entremêlent dragons et créatures imaginaires (4ème de couverture), le crayonné d'un drakkar affrontant une mer tumultueuse (intérieur de couverture)...

Chaque album est constitué de 46 planches, soit 48 pages avec les deux pages de titre. Le format des albums est très classique, l'idée étant à l'époque de les proposer à un prix attractif. La liste des albums, au dos, a longtemps été accompagnée d'une brève biographie des deux auteurs. Cette liste d'albums est un excellent moyen de savoir si vous avez des éditions originales. Vu le rythme longtemps soutenu des parutions (annuel ou bisannuel), si le dernier album noté dans la liste est celui que vous avez dans les mains, il s'agit sûrement d'une édition originale !

A noter que les éditions originales sont assez recherchées, notamment les plus anciennes. "La Magicienne trahie" de 1980 peut ainsi être négociée à plus 100 euros ! Pourtant, la qualité d'impression des premières éditions était loin d'atteindre celle des éditions actuelles. Pour exemple, voici un détail de la couverture de "La magicienne trahie", extrait des éditions de 1980 et 1993 de l'album :

 
La magicienne trahie - détail de couverture - 1980   La magicienne trahie - détail de couverture - 1993

Le lettrage des albums était réalisé manuellement par Grzegorz Rosinski en personne, jusqu'au 22ème épisode, "Géants". Le lettrage devient ensuite informatique et perd malheureusement beaucoup de sa personnalité même si le nouveau lettrage est basé sur l'écriture du dessinateur. Suite à ce passage à l'informatique, l'habitude a été prise depuis quelques albums de faire ressortir les noms des personnages en gras dans les bulles. Le tracé du contour des bulles est également désormais ajouté tout à la fin, notamment depuis que le dessinateur a opté pour le travail en couleurs directes. Si vous avez la chance de voir les planches originales des derniers albums, vous les découvrirez donc muettes !

Albums 1 à 22A partir de l'album 23

Pour les couleurs, Graza, épouse du dessinateur Kas (Hans, Halloween Blues...), a remplacé Rosinski avec beaucoup de talent pendant une dizaine d'années (de 1993 à 2004). Depuis l'album "Le Sacrifice", Rosinski est de retour avec un surprenant passage à la couleur directe. Désormais, chaque case est une petite toile peinte (voir la fiche du "Sacrifice" pour plus de détails).

En 1993, l'éditeur Le Lombard avait adopté un nouveau visuel, un homme enjambant le monde. Rien à redire... à part que le petit bonhomme en question est venu cochonner les tranches des albums, de "La forteresse invisible" à "Géants". Beurk.

Une dernière chose... L'évolution la plus nette de l'aspect extérieur des albums est liée au visuel du dos... Les jeunes Thorgal et Aaricia des premiers albums sont remplacés en 1989 (dans l'album "Aaricia") par... eux-mêmes, plus mûrs. Enfin, depuis "La marque des bannis", c'est toute la famille Aegirsson qui pose bien droit pour la photo.

Les Ventes
Le premier album de Thorgal, "La Magicienne trahie", ne s'est vendu la première année (1980) qu'à quelques milliers d'exemplaires. Pour un premier album, ce n'est guère étonnant ! Les premiers acheteurs étaient surtout des lecteurs du journal Tintin, ou des curieux attirés par l'univers nordique médiéval.

Les ventes vont vraiment décoller en 1984, année de sortie de "La chute de Brek Zarith" et de "L'enfant des étoiles". On peut penser que la parution du premier tome de la série XIII, "Le jour du soleil noir", n'est pas étrangère à ce succès. Beaucoup de lecteurs découvrent Jean Van Hamme grâce à XIII, et s'intéressent alors à Thorgal...

En 1989, les ventes cumulées de "La magicienne trahie" dépassent les 100 000 exemplaires ! Les 200 000 albums sont franchis en 1994, les 300 000 en 1999, les 450 000 en 2009...

En 30 ans, ce sont plus de 11 millions d'albums de Thorgal qui ont ainsi été achetés par un nombre croissant de fans. Un nouveau Thorgal est tiré à 300 000 exemplaires ! En 1999, année de sortie de deux albums ("Arachnéa" et "Le mal bleu"), 870 000 albums ont été vendus.

En plus des pays francophones, on retrouve la série en Allemagne, au Danemark, en Espagne, Grande-Bretagne, Grèce, Islande, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Russie, Serbie et République Tchèque...

Les Auteurs
Enorme succès commercial, éditorial, populaire... et aussi, bien sûr, immense succès financier ! Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski touchent un peu plus de 10 % du prix de vente des albums (environ un euro par album), les deux tiers de la somme allant au dessinateur. Faites le calcul...

Et si Van Hamme gagne un peu moins d'argent que son compère dessinateur grâce à cette série, il ne faut pas oublier qu'avec entre autres Thorgal, XIII, Largo Winch et Blake et Mortimer, il est actuellement l'un des auteurs les plus lus de l'espace francophone européen, et donc l'un des mieux rémunérés.

Le Prix
Ce petit tableau résume l'évolution du prix des albums de Thorgal depuis la parution du premier album en 1980. Ce sont les prix en France, en francs français donc, puis en euros après 2002.

TomeTitreAnnéePrix en francsPrix en euros €
1La Magicienne trahie 1980263,96
5Au-delà des Ombres 1983304,57
10Le Pays Qâ 1986395,95
15Le Maître des Montagnes 1989456,86
20La Marque des Bannis 1995568,54
25Le Mal bleu 1999598,99
30Moi, Jolan 200768,2010,40

L'augmentation du prix peut paraître énorme, mais est à relativiser. Si on tient compte de l'inflation sur cette période (1980-2007), on voit que le prix des albums est relativement resté stable et n'a fait que suivre l'évolution des prix à la consommation. Pas si dur pour le porte-monnaie donc, à condition que votre salaire ait suivi cette courbe lui aussi !

L'éditeur Le Lombard était propriétaire de l'hebdomadaire Tintin, aujourd'hui disparu, dans lequel Thorgal fit ses premiers pas. En toute logique, les albums de Thorgal parurent donc au Lombard. L'éditeur belge (associé au français Dargaud) fait partie de la douzaine d'éditeurs qui dominent le monde de la bande dessinée. A son catalogue, on retrouve notamment Alpha, Bob Morane, Buddy Longway, Comanche, Cubitus, I.R.$., Léonard, Ric Hochet, les Schtroumpfs, Vlad, Yakari...

Le Lombard est fondé juste après la Deuxième Guerre Mondiale, par le belge Raymond Leblanc. C'est la rue du Lombard, à Bruxelles qui donne son nom à la maison d'édition. Après s'être entouré d'une "petite" équipe composée d'Hergé, Edgard P. Jacobs, Jacques Laudy et Paul Cuvelier, Leblanc lance le 26 septembre 1946 le journal "Tintin" (et sa version néerlandaise, "Kuifje"). Les 60 000 exemplaires, gros tirage pour l'époque, sont vite vendus ! Le journal atteindra les 600 000 ventes hebdomadaires dans ses meilleures années...
Raymond Leblanc

En 1948, "Tintin" débarque en France par l'intermédiaire de l'éditeur Georges Dargaud.
En 1950, encouragés par les bons résultats du magazine, Leblanc et ses partenaires se lancent dans l'édition d'albums de bande dessinée : les premiers héros du Lombard seront Blake et Mortimer (de Jacobs) et Corentin (de Cuvelier). Deux séries scénarisées par Jean Van Hamme bien longtemps après !

En 1954, Raymond Leblanc crée "Publiart", une agence de publicité spécialisée dans la communication utilisant les héros de bandes dessinées, et les studios "Belvision" qui réaliseront des longs métrages animés parmi les plus célèbres d'Europe : "Astérix le Gaulois", "Astérix et Cléopâtre", "Daisy Town"... et les films de Tintin.

En 1958, les éditions du Lombard sont au sommet et déménagent dans l'immeuble Tintin, toujours à Bruxelles. Cet immeuble est surmonté d'une enseigne à l'effigie de Tintin et Milou, si célèbre et appréciée qu'elle a été classée monument en juin 2006 ! Le Lombard n'a plus les droits de Tintin depuis 1994, mais cette enseigne reste un symbole fort de l'éditeur.

Dans les années 70 et 80, les différentes crises économiques et la généralisation de nouveaux loisirs comme la télévision vont changer bien des choses... En 1986, les éditions du Lombard sont cédées au groupe Média-Participations, qui rachètera plus tard les éditeurs Dargaud et Dupuis. Le magazine "Tintin" est en perte de vitesse et, après plusieurs arrêts et plusieurs relances, il finit par disparaître. La dernière tentative, baptisée "Hello Bédé", prend fin en juin 1993.

Mais si le journal qui a marqué 50 années du Lombard disparaît, les parutions d'albums se poursuivent. L'éditeur a su rester un acteur majeur de la BD franco-belge, avec plusieurs dizaines de nouveautés chaque année à son catalogue.


Le Chninkel

Les productions des auteurs de Thorgal ne sont pas pour autant toutes dans le même panier !
Grzegorz Rosinski publie aussi chez Dargaud (La Complainte des Landes Perdues, La vengeance du Comte Skarbek) et Casterman (Le grand Pouvoir du Chninkel).
Jean Van Hamme connaît tout le monde ! Entre autres, Dupuis pour Largo Winch, Dargaud pour XIII, Glénat pour Les maîtres de l'orge, Joker pour Arlequin, Blake et Mortimer pour... Blake et Mortimer...

Au fil du temps, le logo de l'éditeur affiché sur les albums de Thorgal a changé. C'est aussi un moyen de reconnaître l'ancienneté des albums. Voici donc ces logos, dans l'ordre chronologique :

Albums 1 à 3 (1980-1981)

Albums 4 à 18 (1982-1992)

Albums 19 à 23 (1993-1997)

Albums 24 à 31 (1999-2008)

Album 32 (2010)

Il y eut aussi, pendant quelques années, ce petit logo :


Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function mysql_connect() in /homepages/42/d203640608/htdocs/thorgal_univers_albums1_5.php:7 Stack trace: #0 /homepages/42/d203640608/htdocs/thorgal_univers_albums1.php(62): include() #1 {main} thrown in /homepages/42/d203640608/htdocs/thorgal_univers_albums1_5.php on line 7